Accueil Famille nombreuse Être frères : une belle relation complice

Être frères : une belle relation complice

par mamande4

Mes deux garçons n’ont que 21 mois d’écart.  A cela, vous ajoutez une ressemblance physique, et vous n’imaginez pas le nombre de personnes qui les prend pour des jumeaux. Et ce, malgré la différence de taille !

Pourtant, 21 mois c’est suffisamment important pour ne pas avoir toujours les mêmes envies. Et c’est aussi assez peu, ce qui leur permet de faire beaucoup de choses entre eux. En tant que maman, j’aime regarder comment leur relation se développe. Et j’espère profondément qu’elle sera toujours aussi forte et sincère.

Des liens si forts qui passent d’un extrême à un autre, très rapidement

Être frères, c’est passer beaucoup de temps ensemble. Dans notre cas, ils partagent aussi leur chambre et beaucoup leurs jeux. Les rares fois, où ils auraient pu dormir séparément, ils ne l’ont pas voulu. Avoir un compagnon de jeu à tout moment, c’est quand même mieux !

Ils rient, ils courent, ils ricanent, ils se comprennent, ils se racontent leur secret.

Être frères, c’est aussi passer trop de temps ensemble. Ils convoitent la même chose au même moment. Ils partagent leurs parents et leur quotidien. Et par moment, ils ont envie d’être tranquille et ne pas répondre toujours aux sollicitations de l’autre.

Ils crient, ils se disputent, ils sont en désaccord, ils se tapent, ils se bataillent, ils boudent, ils se bagarrent.

Être frères, c’est avoir toujours quelqu’un sur qui compter. Se montrer solidaire, s’aider dans ce qu’ils entreprennent, se défendre mutuellement et même laisser le yaourt tant souhaité… Si par moments, ce n’est pas toujours fait avec plaisir, c’est souvent fait car ils se rendent compte que l’autre en a besoin.

Ils jouent, ils chahutent, ils parlent, il s’aiment, ils jouent, ils partagent, ils rigolent.

fratrie relation fraternelle

Être frères, c’est rendre fou les parents. Se mettre à faire des jeux qu’eux seuls comprennent. C’est se courir après pour faire semblant de se bagarrer, être collés l’un à l’autre en faisant le bazar.

Ils ne se comprennent pas, ils s’envient, ils se chamaillent, il s’énervent.

Être frères, c’est avoir un compagnon de jeu. Avoir quelqu’un avec qui se lancer dans des circuits de billes géants, des parkings de kaplas immenses, des défis de “cap ou pas cap”.

Ils se cherchent, ils complotent, ils sont heureux ensemble, ils ont besoin de l’autre.

Être frères, c’est avoir une relation privilégiée. Une relation fraternelle très forte, qui s’ouvre petit à petit leur petite sœur. Quand l’un est absent, l’autre demande toutes les 5 minutes quand il revient… Un manque qui sera soulagé par la joie de se revoir et qui se pourra se terminer par des chamailleries quelques minutes après les retrouvailles !

Bref, ils s’adorent.

 

relation complice entre frères

0 0 vote
Évaluation de l'article

You may also like

S'abonner
Notifications
guest
8 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Caro - Wondermumbreizh

Trop sympa d’avoir une fratrie qui s’entend comme ça ! La complicité entre frères et soeurs c’est le bonheur

petitsruisseauxgrandesrivières

ah ah, les miens ont 21 mois d’écart aussi, et je pourrais reprendre chaque mot que tu as écrit 🙂

Workingmutti

Ici jumeaux + un petit frère avec 2 ans d’écart. Bien sur mes jumeaux ont une relation spéciale, mais les trois ont une très forte complicité. Ils comprennent encore que Samuel pleure pour sa tétine car eux aussi en ont encore besoin. Ils vont donc lui apporter très vite sans même se demander pourquoi il pleure.

GToch

Ici également.
Il y a 20 mois entre Pilou1 et Pilou2.
Il y a 16 mois entre Pilou2 et Pilou3.
Et rien que pour tout ce que tu décris j’aurai aimé que Dame Nature m’accorde mon Pilou4 plus tôt 😉

8
0
Nous serions ravi de connaître votre avis ! Cliquez ici pour commenter !x
()
x